blé

Dr Jean-Pierre Willem

Les Intolérances alimentaires (La Télé de Lilou)

Advertisements

Jacqueline Lagacé

Jacqueline Lagacé

Après avoir su que je changeais mon alimentation, ma mère m’a offert ce livre. Cuisiner pour vaincre la douleur et l’inflammation chronique de Jacqueline Lagacé. J’ajouterais cuisiner pour vaincre les migraines.
http://jacquelinelagace.net/livres/cuisiner-pour-vaincre-la-douleur-et-linflammation-chronique-recettes-et-conseils/

Ceux de mon entourage et même ceux que je ne connais pas, qui voudrais des détails je suis ouverte a parler avec vous. Car lire ce livre, seul chez nous, peut nous faire peur. Dans les première page on parle d’élimer en plus des produits laitiers, le blé ! OUI, oui ! Le sacro-saint blé…
j’avais éliminer le blé avant la lecture du livre, j’étais donc prête a entendre cette vérité. Mais je suis consciente et je sais que ça peut faire peur, mais c’est la décision qui a changée ma vie pour le mieux.

Je vous prépare un texte pour la fin de mes 2 mois  »d’abstinence ». Ce qui devait n’être qu’une expérience sera mon nouveau mode de vie alimentaire. J’ai débuté le 15 décembre, je vous réserve un texte très personnel pour en fin de semaine.

Mon amie Gabrielle m’avait conseillée cette lecture la semaine avant que je ne le reçoive, je lui demanderai sous peu un petit texte sur son histoire…

La face sombre du blé : Nouvelles perspectives sur la cœliaquie et l’intolérance au blé

La face sombre du blé : Nouvelles perspectives sur la cœliaquie et l'intolérance au blé

UN article a lire ABSOLUMENT: http://fr.sott.net/article/1059-La-face-sombre-du-ble-Nouvelles-perspectives-sur-la-cliaquie-et-l-intolerance-au-ble
Prenez 15 minutes et une bonne tisane et lisez au complet.
Dans cet article, L’auteur Ji Sayer propose que la cœliaquie soit considérée non pas comme un désordre « déterminé génétiquement », mais comme un exemple extrême de communication de la part de notre corps d’une affliction autrefois universelle et propre à l’espèce : l’intolérance sévère au blé.

Voici un extrait :
 »Dans un article précédent (12), j’ai discuté du rôle que joue le blé dans l’adhésif industriel (peintures, papier mâché, colle de reliure) afin d’illustrer l’idée qu’il n’est peut-être pas judicieux d’en manger. Le problème est implicite dans le mot gluten, qui veut littéralement dire « colle » en latin et dans les mots tels que pâtisserie et pâte, qui vient du latin pasta et qui a donné wheatpaste en anglais, c’est-à-dire la colle d’amidon, le mélange original de farine de blé et d’eau qui faisait un plâtre excellent dans le temps. Ce qui donne au gluten ses qualités adhésives et difficiles à digérer sont les hauts niveaux de liaisons disulfides qu’il contient. Ces mêmes liaisons soufre à soufre se trouvent dans les cheveux et dans les produits en caoutchouc vulcanisé, qui, comme nous le savons, se décomposent difficilement et sont responsables de l’odeur de soufre qu’ils produisent quand on les brûle. »